Road trip vers l’Océan Arctique : Une aventure unique à travers la Dempster Highway

Si vous avez déjà eu l’idée folle de vous aventurer dans le Grand Nord Canadien et de rouler jusqu’au bout de l’ Océan Arctique, sachez que c’est possible depuis 2017. Il vous faudra alors emprunter la Dempster Highway, qui débute à 40 km de Dawson city et s’étend jusqu’à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest. Avec ses 737.5 km , elle vous offre une immersion totale dans une nature grandiose et préservée, là où les animaux sauvages sont maîtres des lieux. Récit d’une immersion sur la terre des Inuits. 

Pour ce road trip, nous irons au-delà de la Dempster Highway, pour atteindre le village de  Tuktoyaktuk qui se trouve au bord de l’Océan Arctique. Autant aller jusqu’au bout, je trouvais ça sympa d’atteindre l’océan ! Comptez 149 km supplémentaires depuis Inuvik.

 

 

Informations essentielles d’avant-départ :

 

La compléxité de la route  

Road trip sur la Dempster Highway , direction l'océan arctique !

 

Si vous pensez faire un road trip peinard sur une autoroute lisse et goudronnée, roulant à 90/100km à l’heure… vous vous méprenez. Ici, la route est faite de gravier et de terre (sans compter les inombrables trous…). Ne prenez en aucun cas une petite voiture,  il vous faudra une voiture assez haute avec une bonne suspension, résistante. Dans le meilleur des cas : un 4×4

 

Mais pourquoi donc avoir fait une route de gravier plutôt que de goudron ?

A cause du froid ! Nous sommes en haute latitude, dans des conditions parfois extrême. Le goudron se casse, se fendille, il est beaucoup trop fragile pour suppoter de telles températures. La route deviendrait donc impraticable et demanderait à être réparé constamment.

Quelle solution à cela ? Le permafrost (ou pergélisol en français). Il s’agit d’un sol dont la température se maintient en dessous de 0°C pendant deux années consécutives.

La route de gravier repose sur environ deux mètres de terre servant d’isolant au pergélisol; sans cette bande isolante, elle s’enfoncerait dans le pergélisol fondu.

Près de 50 % de la surface du Canada est dotée d’une sous-couche de pergélisol, principalement dans l’archipel Arctique, le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut.

 

Dempster Highway VS votre véhicule 

 

La route en gravier comporte des risques pour votre véhicule.

Enormément de personnes crèvent un pneu sur cette route. Entre les trous et les graviers qui peuvent être coupants.. Avons-nous fait partie des privilégiés qui s’en sont sortis indemnes ? Ou avons nous inaugurer la tradition avec un pneu crevé ? Vous le saurez plus bas 🙂 Ayez TOUJOURS un pneu de secours/rechange ! 

Votre pare-brise sera mise à l’épreuve également. Il suffit que quelqu’un vous double à vive allure et c’est une pluie qui gravillons qui s’en suit. Attention aux impacts...

Avant de vous lancer dans cette aventure, prenez donc en compte ces risques. Si vous louer une voiture, avez-vous les moyens de couvrir les frais en cas de pneu crevé ou de pare-brise fissuré ? Je conseille vivement d’avoir une assurance !

 

Dempster Highway, Yukon, Canada

 

 

La réticence des loueurs de voiture 

Si vous louez une voiture au Yukon, soyez sûr que les loueurs ne vous interdisent pas de partir sur la Depster Highway. Certains vous font signer une clause qui vous empêchent d’emprunter cette route.

Nous avions louer avec Budget à Whitehorse et il n’y avait pas de clause concernant la Dempster Highway. Nous avions réservée une voiture « normale »  à la base mais en apprenant que nous allions sur cette route, on nous a upgrader avec une ford escape. Ce qui était très sympathique de leur part ! Par contre, ils ont tentés de nous dissuader d’aller jusque là bas. Et celà pour plusieurs raisons :

 – L’état de la route
– Nous n’avions pas de pneus de rechange (mais une roue de secours)
– Si on crève un pneu et qu’on est au milieu de nulle part, on peut attendre longtemps avant qu’une voiture arrive (Ce n’est pas une route très fréquenté. Encore moins en Septembre !)
– S’ils n’ont pas de pneus correspondants à le nôtre, on peut rester coincé là bas car il faudra attendre qu’ils commandent et que ça arrive.. (Vous pourriez rater votre avion si vous avez un vol à votre retour,  vous devriez payer les jours supplémentaires de location, sans compter le logement et la nourriture..)
– S’il pleut beaucoup, les routes peuvent être innondés. Il se peut même qu’elle ferme !

J’ai commencé à flipper à ce stade. Dans quoi me suis-je embarquée encore.. ?! Ne pourrais-je pas rester tranquille dans mon canapé ? On y est, on se lance.. On tente l’aventure en croisant les doigts. On a une bonne voiture et on conduira vraiment doucement !

 

Autre remarque : Il n’y a absolument aucun réseau donc soyez prévoyants.

 

Niveau Hébergement :

 

Camping Sauvage

Sachez que les distances sont énormes et qu’on ne sait pas quand est-ce qu’on pourra s’arrêter. Nous avions choisis de dormir dans notre voiture et cela pouvait prendre du temps avant de trouver un endroit où se garer en toute sécurité.

 

Terrains de Camping

Il y a des campings le long de la Dempster Highway. Si vous préférez partir sans stress et savoir où vous aller dormir, c’est une bonne option. Il n’y a ni service (pas de douche ni d’eau couante..), ni accueil, vous devez payer en mettant l’argent pile dans une enveloppe.  Prix Moyen de la nuit en camping : 12 dollars 

 

Hôtels

Si vous n’êtes pas très campings et que vous préférez le confort, des nuits en hôtels ou B&B sont disponibles dans les différents villages (Eagle Plains mais aussi à Fort McPherson, Inuvik et Tuktoyaktuk). Les hôtels sont limités et les touristes nombreux alors soyez prévoyants.

 

Départ de Whitehorse, Yukon. Durée du road trip : 8-9 jours

dempster

Cet article est dédié à l’Arctique. J’en ferai un autre pour vous parler de mon expérience au Yukon et des activités à faire. Restez connectez si cela vous intéresse !

 

 

Whitehorse > Tombstone Territorial park 

On profite de la route goudronnée tant qu’elle nous est toujours accéssible 😉

Road trip au Yukon

Road trip au YukonItinéraire Road trip au yukon

 

Arrivée sur la Dempster Highway

 

Peu avant l’entrée de la Dempster Highway, un panneau vous conseille de conduire prudemment. Vous entrez dans une zone où les services médiaux sont éloignés. En cas de pépin, vous pourriez attendre des heures avant d’être soigné. Ne prenez pas le danger à la légère.

Le ton est donné …  gloups.

C’est partit !

 

Road trip sur la Dempster Highway, Yukon, Canada

 

 

 

Premier point d'intérêt : Le Parc Territorial de Tombstone

Le Parc de Tombstone est un des lieux qui me tardait de visiter lors de mon passage au Yukon. J’allais non seulement pouvoir profiter du parc, mais aussi observer ses belles couleurs d’automne. Nous avons eu la chance d’y être lorsque les couleurs étaient annoncés comme étant à leur maximum. Après avoir connu l’automne du Québec au mois d’Octobre, c’était bizarre d’expérimenter l’automne aussi tôt (Fin août !). Dire qu’ à cette même période, un an auparavant, je bronzais comme jamais dans les provinces maritimes, profitant de belles températures… 

Pas de doute : Nous sommes bien dans le Nord Canadien !

Automne au Parc Territorial de Tombstone, Dempster HighwayAutomne au parc territorial de Tombstone, Yukon, Dempster Highway

 

Pendant que les paysages défiles, je suis scotchée à ma fenêtre tellement les couleurs sont belles…

Nous arrivons au Centre d’Informations Touristiques du Parc de Tombstone.

 

Automne au parc territorial de Tombstone, Yukon, Dempster highway

 

Je vous conseille de vous y arrêter et de prendre le guide sur la Dempster Highway. Celui-ci est totalement gratuit et vous permettra d’en savoir un peu plus sur les lieux que vous traversez (après tout, c’est pas du temps libre qui vous manquera) ! A votre retour, il faudra le rendre.

Profitez-en pour prendre les informations dont vous avez besoin, boire du thé chaud, vous réconforter devant le chauffage, utliser le confort des toilettes modernes une dernière fois avant de très longs kilomètres 😉

 

Nous reprenons notre chemin. Peu après le centre d’informations touristiques, voici le magnifique point de vue qui a été aménagé au bord de la route :

 

Automne au Parc Territorial de Tombstone, Dempster Highway, Yukon TerritoryAutomne au parc territorial de Tombston, Territoire du Yukon, Dempster Highway

J’étais, mais alors, complètement amoureuse de ces couleurs ! Quelle chance d’y être au bon moment… Un beau mélange d’automne et d’hiver avec ces montagnes enneigés en arrière plan. Tombstone : Je t’aime déjà ! 

 

 

Randonnée Goldensides 

Difficulté : facile  Durée : 1.5h, altitude : 210m 

Randonnée idéale si vous n’avez que peu de temps à passer au Parc de Tombstone ! Personnellement, nous avions préféré atteindre l’Océan Arctique assez rapidement, puis prendre notre temps sur le chemin du retour.

Si vous tapez le nom du parc dans Google, il y a de fortes chances que vous tombiez sur des photos du Grizzly lake. Etant assez difficile, elle demande d’y consacrer au moins journée entière (11km, 6h, pour 797m d’altitude). Nous décidons de faire donc cette courte randonnée à l’aller et de faire le Grizzli lake au retour.

On s’engoufre donc dans cette nature et ces couleurs automnales :

Randonnée Goldensides au parc territorial de Tombstone, Yukon, Dempster Highway

 

La montée est constante, elle se fait aisément. Impossible de ne pas regarder derrière soi toutes les 30 secondes : plus on monte, plus notre champ de vision sur les paysages du Parc du Tombstone deviens de plus en plus large.

Randonnée automne parc de Tombstone, Yukon Territory, Dempster HighwayRandonnée automne parc territorial de Tombstone, Yukon, Dempster Highway

 

Si la montée est déjà époustouflante, le point de vue a son sommet l’est encore plus :

Randonnée Goldensides, automne au parc territorial de Tombstone, YukonRandonnée Goldensides au parc territorial de Tombstone, Yukon, Canada

Au sommet, admirez un panorama à 360°.

 

 

On entame la descente pour rejoindre le parking :

Randonnée Goldensides, Tombstone territorial park, Yukon, Canada

 

C’est avec un pincement au coeur que je quitte ce magnifique parc. Je pourrais facilement y passer une journée supplémentaire, mais on le fera à notre retour ! Si vous avez prévu de vous rendre à Tombstone (sans aller plus loin), je conseille un minimum de 2 jours pour bien profiter du lieu. Il est vraiment immense !

 

Randonnée Goldensides, Tombstone territorial park, Yukon, Canada
Difficile de quitter ces belles couleurs…

 

 

Nous reprenons la route :

L'automne au parc territorial de Tombstone, Yukon, Canada

 

 

Vu que l’on traverse un territoire sauvage, on a l’occasion de croiser ses nombreux « habitants ». Après avoir observé un porc-épic la veille (les seuls porcs-épics que j’avais vu jusque là étaient morts écrasés…), nous voilà face à un Grizzly qui détérrait de la terre au bord de la route. Evidemment, ne sortez jamais de votre véhicule pour approcher un ours ! Zoomer avec votre appareil photo et laisser l’animal vivre en paix. L’Ours ne doit en aucun cas être habitué aux humains. Je vous invite à vous renseigner sur les précautions nécessaires pour voyager au pays des ours. (cliquer ici)

 

Grizzly. Itinéraire d'un road trip sur la Dempster Highway, Yukon, Canada

 

 

Tombstone m’avait laissée bouche bée, mais ce n’était que le début. Les paysages automnales continuent de se succéder, les uns plus beaux que les autres.

Avec le brouillard et ce paysage orangé, on croirait rouler sur la planète Mars.

 

L'automne au Yukon, Dempster Highway

L'automne au Yukon, Dempster Highway

 

Quel bonheur de faire cette route mythique en cette belle période. Je disais plus haut avoir déjà fait l’automne au Québec et je dois dire que j’ai largement préféré le Yukon en terme de couleurs. Le Québec offre de beaux dégradés mais le Yukon lui déroule carrément un immense tapis rouge ! Le paysage renvoit une impréssion d’irréalité tellement ces couleurs rouges/orangés flashent aux yeux.  Si on rajoute à ça, le fait de conduire seuls au milieu de nulle part, l’expérience est d’autant plus magique. Indescriptible.

 

 

Eagle Plains

Le premier village après plusieurs HEURES de route ! Ce qui signifiais que nous étions proche du Cercle Arctique. Nous allons au restaurant de l’hôtel pour se prendre un café et un repas chaud. Après des jours à manger des sandwiches froids, c’était réconfortant. Vous pouvez y demander votre Certificat pour avoir passé le Cercle Arctique (c’est gratuit et ça laisse un beau souvenir).

 

Une patinoire les jours de pluie..

Au lendemain de notre départ de Eagle Plains, on s’est pris le brouillard et la pluie…Et nous avons mieux compris de quoi parlais le loueur de voiture lorsqu’il disait que la route pouvait être glissante. Il ne pleuvait pourtant pas très fort mais cela était suffisant à rendre la route boueuse et digne d’une patinoire. Le plus stressant ? Les pentes. Une erreur et vous vous retrouvez facilement dans un fossé. En cas de pluie, conduisez très doucement et prudemment, soyez attentif. Je n’ai pas vraiment apprécié cette journée. On n’a vu aucun paysage à cause du brouillard et l’état de la route (+ la vigilence dans laquelle je devais être) m’avais vraiment épuisée. La route était glissante avec une journée de pluie.. Alors imaginez avec plusieurs jours de pluies consécutives (tu m’étonnes que ça peut être innondé..). Nous avons eu quelques frayeurs, mais rien de bien grave. Nous croisons les doigts pour que le lendemain soit meilleur…

DSC09510
On voit tout de suite les voitures qui ont empruntés la Dempster Highway… Nouvelle déco garantie !

 

Nous avions passé le Cercle Arctique. Il y avait un point de vue aménagé mais vu le temps qu’il faisait, on ne voyait absolument rien. On se dit qu’on repassera au retour pour faire des photos si la météo s’améliore ! Atteindre le cercle arctique est une des raison principale de la venue des touristes à Eagle Plains. Passé ce cap, ils font demi-tour.

Pourquoi ne pas continuer plus loin après tout ? Nous reprenons la route et nous arrivons à la frontière Yukon / Territoires du Nord-Ouest

 

Frontière Yukon & Territoires du Nord-Ouest, Dempster Highway

Accueillies par la neige, la température extérieure frôle les 0°C. Quelle sacrée différence en très peu de temps. Nous étions passé du début d’automne à Whitehorse (arbres qui commencent à jaunir), au pic de couleurs à Tombstone , à l’hiver au-delà du cercle arctique..

 

Nous trouvons un coin pour dormir et reprenons la route le lendemain. Le temps s’était améliorée et nous passons la journée à conduire en direction de Inuvik.

 

Vous devez prendre le ferry à deux endroits :

Le 1er ferry peu avant Fort McPherson

Le 2e ferry à Tsiigehtchic aux abords du fleuve MacKenzie

Tsiigehtchic, Dempster Highway, Canada

Tsiigehtchic, Dempster Highway, Canada
Tsiigehtchic. Sa population est estimée à 100 habitants

 

Prochain arrêt : Inuvik ! On y est presque

 

 

 

INUVIK

Inuvik marque la fin de la Dempster Highway ! Quel soulagement d’être arrivée ici.. Nous sommes arrivés en fin d’après-midi donc tout était fermé en ville, il n’y avait vraiment rien à visiter. Nous avions eu le temps de faire un saut à l’office de tourisme avant qu’il ne ferme. Ayant repéré un lac et un sentier qui en fait le tour, on a décidé d’aller se balader. Après des jours de conduite, à être rester assise, c’est notre corps qui allait nous en remercier.

Inu

 

Nous avons ensuite repris la route vers Tuktoyaktuk.. L’Océan articque est si proche..  Plus que 2H de route !

La route menant à Tuktoyaktuk est récente : Elle n’a été ouverte qu’en 2017. Son ouverture a eu un impact considérable sur le quotidien des habitants. Auparavant, le village n’était accéssible que par avion ou par la route de glace en hiver.  Les habitants ne sont désormais plus coupés d’Inuvik et du reste du Canada en été. L’acheminement de divers produits (outis de chasse et de pêches, anti douleurs, produits laitiers..) rendu possible par la route a réduit considérablement leurs coûts. 

Niveau touristique , elle a permis à de nombreuses personnes de réaliser le « fantasme » de rouler jusqu’en Arctiqe ! Une opportunité pour les résidents de Tuktoyaktuk de tirer profit de l’arrivée de cette vague de voyageurs. Les gîtes et les lieux de restauration se sont multipliés, c’est également une aubaine pour les artisans de pouvoir exposer et vendre leurs créations.

 

Route menant à Tuktoyaktuk, Canada

 

La route est toujours en gravier, mais je la trouve beaucoup plus agréable que la Dempster Highway.

138 km inoubliables à travers la toundra et des centaine (milliers?!) de lacs :

 

Route vers Tuktoyaktuk, Canada

tuktoyaktuk océan arctique road trip
Il n’y a qu’à regarder Google Maps pour se rendre compte du nombres de lacs présents dans cette zone

 

Nous sommes arrivés à Tuktoyaktuk de nuit alors nous découvrons les paysages que le lendemain matin.

Contrairement à l’avion, prendre la route permet vraiment de se rendre compte des distances. Arriver dans ce village perdu au millieu de nulle part est d’autant plus impressionnant.

Nous parcourons le village à pied, l’atmosphère est paisible et nous sommes que très peu de touristes en cette période.

 

Village de Tuktoyaktuk, CanadaTuktoyaktuk, Canada

Tuktoyaktuk
900 habitants peuplent le village de Tuktoyaktuk.

 

Dans les zones pergélisolées, les maisons et les immeubles chauffés sont généralement construits sur des piliers en laissant suffisamment d’air au-dessus du sol pour éviter de provoquer un dégel du pergélisol.

 

DSC09579

 

 

Au lieu dit « La Pointe », un panneau a été aménagé ainsi qu’une aire de pique-nique pour les touristes. Nous voilà donc au bout de notre voyage, au bout de notre parcours nous ayant mené au bord de l’Océan Arctique. On l’a fait ! Sans encombres pour le moment 🙂

 

" La Pointe " , Panneau Océan Arctique, Tuktoyaktuk, Canada

 

Une petite « office de tourisme » se trouve dans le village. En discutant avec la propriétaire, elle nous parle d’un restaurant nommé « Grandma’s Kitchen » proposant de la viande de baleine. Ayant attisé notre curiosité, on décide de s’y rendre.

 

DSC09622

Vous arrivez chez des locaux ayant installés un camion collé à maison pour pouvoir servir les clients. Il n’y a pas de « restaurant » à proprement parlé : Si vous souhaitez manger sur place, vous entrez chez l’habitant et on vous installe sur la terasse (intérieure). Pendant que la femme cuisine et prend les commandes, son mari vient s’asseoir avec nous et se met à discuter. Sur cette terasse, une seule table et plusieurs chaises/canapés répartis autour de la pièce. Personne ne déjeune dans son coin, on est installés en cercle, ce qui fait que tous les voyageurs présents à ce moment là faisaient connaissance et partageaient des discussions. Certains mangent avec leurs assiète sur les genoux mais cela n’a aucune importance , l’ambiance était assez conviviale et chaleureuse.

 

Manger de la baleine à Tuktoyaktuk, Canada

La viande de baleine est un peu cher vu la quantité proposé. Mais ce fut une découverte originale. Sur la 1e photo : la viande (qui a un bon goût grillé en bouche). Sur la 2e photo : la peau (j’avoue ne pas avoir aimé celle-ci !).

Cette pratique est un autre débat. A savoir que la chasse est supervisée par le gouvernement Canadien. Un système de quotas a été mis en place pour la subsistance des ces communautés vivant en Arctique dans des conditions souvent extrêmes. Les Inuits  sont les seuls à être autorisés à chasser la baleine au Canada. 

 

A la fin du déjeuner, le mari nous propose alors de nous prêter un parka et des gants si l’on souhaite faire des photos souvenir.  C’est ainsi que l’on se retrouve à faire une scéance photos au bord de l’Océan arctique, vêtus d’habits traditionnels.

Tuktoyaktuk

 

Les vêtements Inuits sont fabriqués à partir de peaux d’animaux arctiques, prisées par leurs propriétés thermiques. Ils visent à offrir une protection maximale contre le froid. Ces chefs-d’oeuvres sont mis en vente un peu partout. Si vous voulez vous en procurer un, il faudra y mettre le prix.. !

Je conseille vraiment cet endroit ! Après le déjeuner, on se balade au bord de l’Océan.

 

Tuktoyaktuk, Océan arctique, CanadaTuktoyaktuk, Océan Arctique, Canada

 

On tente également cette folle idée de tremper ses orteils dans l’eau glacé de l’Arctique. Croyez-moi, le temps ne m’a jamais paru aussi long en prenant la pose pour une photo.

 

J’ai beaucoup aimé l’authenticité et la paisibilité Tuktoyaktuk. Aucun regret d’avoir poussé jusque là, j’ai d’ailleurs préféré Tuktoyaktuk à Inuvik. Serais-ce l’effet de l’Océan ? Je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est qu’on s’y sent bien et déconnecté du monde.

 

Ainsi, nous reprenons la route du retour !

Tuktoyaktuk, Canada

 

 

On s’arrête de nouveau à Inuvik mais pas de bol, on y est encore en fin d’après-midi lorsque tout est fermé.. On décide alors d’aller voir l’église, qui surprend par sa forme d’Igloo assez particulière. Des visites guidés sont disponibles (renseignez-vous sur les horaires en office de tourisme) afin d’en apprendre plus sur l’histoire de l’église et du village d’Inuvik. Elle dure a peu près 45 minutes et vous participez avec le montant que vous souhaitez.

église d'Inuvik, Canada

 

C’est ainsi que se termine la découverte de ces villages arctiques. On reprend la Dempster Highway, direction le parc de Tombstone et Dawson city avant de rentrer.

 

 

Dempster Highway, CanadaRoad trip sur la Dempster highway, Canada

 

Les paysages sont tout aussi magnifiques…

 

Road trip sur la Dempster Highway en automne, Yukon, CanadaAutomne sur la Dempster Highway, Yukon, Canada

 

 

 

Cercle Arctique

Vous vous souvenez qu’on avait eu du brouillard à l’aller. Nous voilà chanceux, la vue était totalement dégagée au retour !

Panneau du cercle arctique, dempster highway,

 

Le point de vue est absolument spendide, encore plus avec ces couleurs.

 

Cercle arctique, Dempster Highway, Yukon territory en automne

Cercle arctique, Dempster Highway, Yukon en automne

 

En route vers Eagle Plains. Nous profitons toujours des paysages que nous n’avions pas pu voir auparavant :

Dempster Highway, Yukon Territory, Canada

Dempster Highway, Yukon, Canada
Une beaûté absolument sauvage

Peu après avoir quitté Eagle Plains, ce que nous redoutions arriva. Vous devinez ?

Eh oui, un pneu à plat. Nous n’échapperons donc pas à cette « malédiction » (& je vous assure que nous roulions doucement). Heureusement, nous avons eu de la chance dans notre malheur. Nous étions seulement à 25 minutes de Eagle plains. En roulant doucement, nous avions pu faire demi-tour et faire inspecter le pneu par un garagiste. Verdict : Il a été transpercé par un gravier coupant et n’est pas réparable. Le hasard a fait qu’un couple avec qui nous avions discuté à Tuktoyaktuk était dans ce même garage à ce moment-là. Ils nous disent avoir crevé au même endroit que nous (décidémment), mais leur pneu a pu être réparé (certains sont plus chanceux). Ils nous ont aidé à mettre la roue de secours en place et nous ont conseillé d’aller à Dawson pour trouver un nouveau pneu (car évidemment, celui dont on avait besoin n’était pas disponible à Eagle Plain). Ce qui signifiais qu’on devait conduire des HEURES avec un petit donut fragile et qu’il ne fallait plus crever d’autres pneus sinon on était foutue.. bien. Fidèle à la générosité canadienne, ils proposent de conduire derrière nous tout le long afin qu’on ne soit pas seules au milieu de nulle part s’il nous arrive quelque chose. Tels des parents inquiets, ils voulaient être sûrs qu’on atteigne la route goudronnée sans encombres. C’était vraiment sympathique de leur part et je ne leur remercierai jamais assez ! Le Canada m’impressionnera toujours par son esprit d’entre-aide.

 

Non sans craintes, on se remet donc en route.

Malgré les circonstances, nous continuons de nous extasier devant ces paysages :

 

DSC09718nOgilvie Ridge, Dempster highway, Yukon, Canada

Road trip sur la Dempster Highway, Yukon, Canada

 

 

Pour la nuit, nous dormons tous ensemble dans le même camping , avant de reprendre la route tôt le lendemain matin.

L’avantage de partir à l’aube ? Avoir plus de chances de croiser des animaux sauvages. Nous avions aperçus des bébés orignaux traverser une rivière. Alors nous nous sommes arrêtés pour les observer. Ils n’étaient alors plus tout à fait visible, mais avec un peu de patience, nous avons pu voir la mère qui se cachait dans la brouissaille :

 

DSC09758

 

Dernière étape avant de quitter de la Dempster Highway : le Parc de Tombstone. Il me tardait d’y revenir pour randonner mais nous avions à ce moment là une priorité bien plus importane… Sortir de cette route et trouver un pneu pour la voiture.

Tant pis, ce sont les circonstances. Cela ne m’empêchais pas de m’en prendre plein la vue. Je me le répète, mais ce parc est vraiment magique.

 

L'automne au parc de Tombstone, Yukon, Canada

L'automne au parc de Tombstone, Dempster Highway, Yukon, CanadaAutomne Tombstone Territorial Park, Dempster Highway, Yukon

 

Quel soulagement lorsque nous retrouvons le goudron. Quel plaisir cette route lisse !! Promis, je ne prendrais plus jamais les routes goudronnées pour acquis 🙂

C’est en roulant toujours aussi doucement que nous prenions la route de Dawson City.

 

 

Dawson City

 

Malheureusement, personne n’avait le modèle de pneu que nous cherchions.. Dernier recours : le chercher à Whitehorse. Mais avant, nous prenons le temps de visiter ce village plutôt atypique :

Dawson city, Yukon, CanadaDawson City, Yukon, Canada

 

Ce qui m’étonne à première vue d’oeil ? Les rues en terre (comme si la construction de la ville n’avait pas été achevée) et les troittoirs en bois. On se croirait à l’ancienne époque et c’est ce qui fait son charme !

 

Dawson City, Yukon, Canada

Dawson city a vu le jour en 1897. Capitale du Yukon à l’époque, elle se fera détrôner par Whitehorse en 1952. 

Dawson City est le coeur de la célèbre ruée vers l’or de Klondike. Après que 3 pionniers du Yukon trouvèrent de l’or sur Rabit Creek (aujourd’hui Bononza Creek), la nouvelle s’ébruite et fait affluer près de 100 000 personnes ayant l’espoir de faire fortune.

Le petit camp de pêcheur devient rapidement un village de 30 000 à 40 000 habitants. Seule une poignée est devenue milionnaire mais la ruée vers l’or aura fait naître une ville étonnante qui attire aujourd’hui de nombreux aventuriers.

Bien que la ruée soit terminée aujourd’hui, l’extraction de l’or continue.

 

Dawson City, Yukon, Canada

 

Plus de 30 bâtiments datent de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe et sont désormais sous la responsabilité de Parcs Canada.

 

Dawson city, Yukon, Canada

 

 

 

Ce jour-là, nous avons pu assister au  » Great International outhouse race « , une tradition annuelle de la ville de Dawson depuis 1970.

International Outhouse race, Dawson city, Yukon, Canada

« Outhouse » ? Nommé Bécosse au Canada, il s’agit des latrines extérieures qui existaient à la fin du XIXᵉ siècle et au début du XXᵉ siècle. Pour faire plus simple : des toilettes extérieures 🙂

Le principe du jeu ? Choisir un thème de déguisement pour l’équipe et la Bécosse et se lancer dans un parcours de 5 km alliant course et défis. Créativité, vitesse et enthousiasme sont les maitres-mots !

 

 

International outhouse race, Dawson city, Yukon, Canada

Dawson city peut être fun également ! 😉

 

Dawson city église Yukon

 

 

Au programme de la soirée : Cancan et shooter avec un doigt de pied à l’intérieur. 

Cancan à Dawson city, Yukon

Au Diamond  Tooth Gerties, le plus vieux Casino du Canada, 3 spectacles différents de Cancan sont à l’affiche tous les soirs. On y trouve également des machines à sous, des tables de jeu et un bar. Tarif d’entrée : environ 15 dollars.

 

A la recherche d’une activité atypique ? Allez au Downtown Hotel et demandez à parler au Capitaine River rat pour vous procurer le Sourtoe cocktail. Il s’agit d’un shooter avec un orteil à l’intérieur. Vous pouvez choisir votre alcool mais la tradition veut que ça soit du Yukon Jack (Whisky).

La légende raconte que cet orteil appartenait à un mineur. Lors d’un blizard, il aurait eu le gros orteil gelé et il se l’ait fait couper afin d’éviter la gangrène. Ses collègues l’auraient alors gardé dans une jarre remplie d’alcool comme témoignage de cette dure journée. L’orteil aurait été retrouvée dans une cabane abandonnée plusieurs décénies plus tard.

C’est aujourd’hui une tradition à Dawson City !

Le tarif est de 5 dollars + le prix de votre shooter (comptez environ 12 dollars le tout).

Renseignez-vous sur l’horaire avant de vous y rendre, le Capitaine y est à des horaires spécifiques. De plus, il y a la queue : soyez patient et arrivez avec un peu d’avance. Le déroulement est simple : vous commandez votre alcool au bar et vous vous mettez en file. Vous devez attendre que le capitaine vous reçoive à sa table. Il parle, vous explique que l’orteil doit toucher vos lèvres lorsque vous le buvez, puis vous remet votre certificat.

Oserez-vous passer le rite de passage ?

 

Dawson city, Yukon, Canada

Ce fut une visite rapide car nous avions encore du chemin à faire jusqu’à Whitehorse.. Devoir rouler à 60 km/h max sur l’autoroute avec notre petit donut, ça change la donne. Sans oublier le fait qu’on n’avait toujours pas trouver de pneu. Au moins l’escapade à Dawson nous a permis de nous libérer l’esprit de ce stress. On en avait bien besoin. C’est ainsi qu’on prend la route du retour.

 

 

DSC09869n

 

 

Puis, un énorme panache dans le ciel attire notre attention …

Feux de forêt au Yukon, Canada

 

Des feux de forêts ont eu lieu chaque année au Yukon.. En cause ? La chaleur et la sécheresse.

Ils surviennent habituellement d’avril à septembre et peuvent survenir un peu partout au Canada. Restez toujours informés !

 

DSC09905n

Camping Fox lake, Yukon, Canada
Fox lake Camping

 

Pour le fin mot de l’histoire : Nous n’avions pas trouver de pneu à Whitehorse non plus.. Alors nous avions dû rendre la voiture dans l’état et attendre qu’ils nous envoient un devis pour l’achat et la commande du nouveau pneu. Frais estimés ? 400 dollars !

J’espère que ça vous motivera à rouler prudemment (mais ça n’empêche pas les risques). Fort heureusement, l’assurance de notre carte bancaire a pu prendre en charge la totalité des frais. On n’y pense pas souvent, mais l’assurance de votre CB peut être bien utile en cas de pépin. Renseignez-vous !

Ne partez pas sur la Dempster Highway sans assurance. 

 

 

C’était court.. mais intense ! On dit que ce n’est pas la destination qui compte, mais le chemin. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’on voyage sur la Dempster Highway. Si vous êtes à la recherche d’un sentiment de liberté, d’une connexion à la nature, d’un brin d’aventure et d’adrénaline, tentez le périble ! C’est un voyage qui marque les esprits. 

 

En espérant que cela vous ait donné des idées. Je reviendrai prochainement pour vous faire découvrir le Yukon plus en détail, notamment autour de Whitehorse.

En attendez- suivez mes aventures sur Instagram : naturexplorer974

 

Une réflexion au sujet de « Road trip vers l’Océan Arctique : Une aventure unique à travers la Dempster Highway »

  1. Nous avions un pneu également dégonfle mais nous nous en sommes rendu compte en sortant de l’hôtel à eagle plains ou nous avions passe la nuit du retour donc réparé sur place au garage de l’hôtel !!! Cette annee nous sommes allés en alaska a côté très très bien aussi ,

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s